Paroles et musique : UEI (Rodin Kaufmann et Denis Sampieri). Cette chanson écrite en occitan (traduction et lien youtube en bas de page) parle du barrage de Sivens, un projet controversé de barrage sur le cours du Tescou, affluent du Tarn dans le bassin de la Garonne. En octobre 2014 des affrontements conduisent à la mort du jeune Rémi Fraisse, tué par une grenade lancée par un gendarme. Le projet de barrage initial est abandonné en décembre 2015 par arrêté préfectoral. En juillet 2016, le tribunal administratif de Toulouse annule les trois arrêtés fondateurs du projet de barrage en particulier la déclaration d’utilité publique.

Dedins la forest I a un riu que raja (bis)

Refrain :
Ai mamà se sabiás Coma lo riu fasiá enveja
Ai mamà se sabiás Coma lei gens se son recampats

Volián tot crompar La terra e leis aubres (bis)

Refrain

Volián tot copar Dedins lo boscatge  (bis)

Refrain

Volián assecar Lo Tescon sauvatge  (bis)

Refrain

Volián far bastir La granda restanca (bis)

Volián abeurar Sei camps sus d’ectaras (bis)

Refrain

Se son arrenjats An fach sei magolhas
Mamà se sabiás Coma an cercat garrolha

Refrain x 2

Se’n son avisats De jovents sens crenta (bis)

Refrain

Se son enterrats Per empachar lo chaple (bis)

Refrain

Lei mes an passat An mandat l’armada (bis)

Refrain

Lei crids d’un costat De l’autre lei granadas (bis)

Dedins la forest I a de plors que rajan
Dedins la forest An fach tombar lo fraisse

Ai mamà oblidem pas Lo nom dau paure Remi Fraisse
Ai mamà oblidem pas Lo nom d’un jove sacrificat

 

Ci-dessous la traduction :

Dans la forêt Il y a un ruisseau qui coule

Ah maman si tu savais Comme le ruisseau faisait envie
Ah maman si tu savais Comme les gens se sont réunis

Ils voulaient tout acheter La terre et les arbres
Ils voulaient tout couper Dans le bois
Ils voulaient assécher Le Tescou sauvage
Ils voulaient construire Le Grand barrage
Ils voulaient arroser Leurs champs sur des hectares
Ils se sont arrangés Ils ont fait leur magouilles
Maman si tu savais Comme ils ont cherché les embrouilles
Des jeunes sans peur S’en sont aperçus
Ils se sont enterrés Pour empêcher le massacre
Les mois ont passé Ils ont envoyé l’armée
Les cris d’un côté De l’autre les grenades
Dans la forêt Il y a des pleurs qui coulent
Dans la forêt ils ont fait tomber le frêne*

Ah maman n’oublions pas Le nom du pauvre Rémi Fraisse
Ah maman n’oublions pas Le nom d’un jeune sacrifié

• en occitan le nom Fraisse veut dire frêne