Ksenitia tou erota

Chanson grecque de Giorgos Kalogirou. De l’eau, de l’eau, et encore de l’eau ! L’histoire se situe sur la montagne de Kykkos en face du massif du Troodos en Chypre. L’île connaît un grave problème de pénurie d’eau. L’accroissement de la population, la mauvaise gestion des aquifères souterrains et des années de sécheresse, qui ont fait baisser les réserves des barrages et des réservoirs, n’ont rien arrangé. Qui peut sauver d’une situation si catastrophique ? Un Dieu ? L’Amour ? Ou l’intelligence collective des êtres vivants sur terre ?

À écouter ci-dessous, extrait des 3 voix une à une…

Autres fichiers audio (merci Adeline !) avec la totalité de la chanson et sa prononciation !

Pano stou Kivraman aman     
Pano stou Kikkou ta vouna 
Pano stou Kikkou ta vouna
Pefti omijli kamila  
Ki enas aïtos vraman aman
Ki enas aïtos zpajni na vri
Ki enas aïtos zpajni na vri
Neraki krio ya na pji

Vriskei na pefko man aman
Vriskei na pefko monacho
Vriskei na pefko monacho
Marazomeno ton kero
Dipsa ki risa man aman
Dipsa ki risa tou na pji
Dipsa ki risa tou na pji
Neraki krio tin piyi

Sena kladi vraman aman
Sena kladi tou jamila
Sena kladi tou jamila
Stekio aïtos ke ton rota
Pios afentevio man aman
Pios afentevi tin piyi
Pios afentevi tin piyi
Ké zen kréni nero na pji

Tou érota vraman aman
Tou  érota in i piyi
Tou  érota in i piyi
Ki ap ton kaïmo tou karteri
Narkia tin mavri aman aman
Narkia tin mavri ksenicia
Narkia tin mavri ksenicia
i omorfi i korasa

Na vri to nio vraman aman
Na vri to nio pou karteri
Na vri to nio pou karteri
Ki ap to fevio tis pia te zi
Ki ap tin piyi na vram aman
Ki ap tin piyi na piun ksana
Ki ap tin piyi na piun ksana
Nantisoun pali ta vouna

 

INTRODUCTION : bruit de la pluie
– frotter paumes des mains
– souffler bouche
– taper deux doigts-main
– claquements de doigts
– taper sur les cuisses
– saut en l’air
– les éléments se superposent

 

TRADUCTION :
Sur la montagne de Koukkos le brouillard est bas
et un aigle cherche un peu d’eau fraiche à boire
Il trouve un pin solitaire flétri par le passage du temps,
ses racines ont soif de boire un peu d’eau fraiche de la source
Sur une de ses branches inférieures l’aigle se lève et demande
« qui est le maître de la source et qui ne laisse personne y boire ? »
« La source appartient au dieu Eros (dieu de l’amour) qui attend douloureusement
le retour des terres lointaines de la belle jeune fille
Qui devrait retrouver le beau garçon qui attend et dépérit depuis son départ
Pour que dès le printemps ils boivent encore et que la flore des montagnes refleurisse »